problèmes d’humidité au sous-sol

Un sous-sol humide ou mouillé, particulièrement s’il est chauffé, peut produire beaucoup plus d’humidité que toutes les autres sources réunies.

sous-sol humidité et cuvelage

Signes habituels

  • Planchers ou murs humides ou mouillés.
  • Taches blanches poudreuses sur le béton exposé des murs ou du plancher.
  • Taches sur les moquettes.
  • Condensation sur les fenêtres.
  • Appuis de fenêtres pourris.
  • Odeur de renfermé et d’humidité.
  • Présence de moisissure sur les solives de rive derrière l’isolant.
  • Croissance de moisissure sur les biens entreposés (boîtes de carton, vêtements, etc.).
  • Moisissure dans la chambre froide.
  • Moisissure dans les angles des murs extérieurs ou des plafonds.
  • Eau qui perle sur la tuyauterie d’eau froide.

Les infiltrations d’eaux peuvent se manifester au niveau du sous-sol et engendrer des traces d’humidité sur la face intérieure des murs périphériques et à la jonction avec le dallage. En cas de remontées de nappes phréatiques, il peut arriver que le sous-sol intérieur de la maison soit inondé. Le cuvelage est alors une solution préventive ou curative, permettant de lutter contre les remontées capillaires et les infiltrations dans les murs enterrés (caves, sous sol…).

En quoi consiste le cuvelage d’une maison ?

Le cuvelage est un caisson étanche installé dans le sous sol d’un bâtiment. Dans le domaine de la construction, le cuvelage renvoie aux matériaux et aux techniques utilisées pour consolider l’ouvrage et créer une protection hermétique contre l’humidité.

A noter que le cuvelage peut être extérieur ou intérieur.

Outre les aspects techniques, le choix de réaliser un cuvelage dépend aussi de la catégorie du sous-sol et donc des tolérances à l’humidité (exemple : la catégorie 1 de sous-sol implique aucune humidité à l’intérieur car il s’agit de locaux habitables).

Les différents types de cuvelage

Cuvelage avec revêtement d’imperméabilisation, cuvelage à structure relativement étanche, cuvelage avec revêtement d’étanchéité, etc. Il existe plusieurs sortes de cuvelage. Afin de concevoir le cuvelage adapté, il convient d’appliquer la théorie de la poussée d’Archimède. Ce qui suppose l’intervention d’une entreprise spécialisée. L’objectif est de définir la pression qu’aura à supporter la construction par rapport à la force des eaux. Dans tous les cas, le poids du cuvelage devra être supérieur verticalement à la force d’Archimède.

L’inondation des caves et son impact sur l’état du bâtiment

Contrairement à l’inondation d’une pièce en rez-de-chaussée, l’inondation d’une cave est généralement perçue comme moins catastrophique. Mais son effet est souvent plus dévastateur. Car d’importantes quantités d’eau vont être stockées lentement dans les sols supports, les fondations et les murs porteurs. La base structurelle de la maison aura donc tendance à s’affaiblir au fil du temps en raison de la saturation en eau. Pour éviter de graves désordres structurels, l’usage d’un cuvelage est recommandé.

Le cuvelage comme protection contre la remontée de nappe phréatique

Lorsque des locaux enterrés subissent la pression d’une nappe phréatique ou d’autres sources d’humidité se trouvant dans le sol, la protection de l’ouvrage doit s’étendre à la totalité des parties soumises à l’action de l’eau. Toutefois, la réalisation d’un cuvelage peut être une solution dangereuse dans l’habitat ancien. Car le cuvelage en béton armé est un ouvrage très dur et le risque est d’augmenter la pression sur les murs et donc de les déstabiliser. Ainsi, si le cuvelage est retenue pour combattre l’humidité, les travaux devront impérativement être effectués par un professionnel pour éviter tout risque technique.

Les bonnes pratiques pour réaliser un cuvelage

La réalisation d’un cuvelage suppose d’avoir préalablement identifié les origines possibles de l’humidité, notamment dans le sol (nature du sol et circulation d’eau). En conséquence, elle implique de disposer d’une étude de sol préalable. Parmi les autres bonnes pratiques, on trouve :

la détermination en phase de construction, avec le maître d’ouvrage, de l’usage final de ces locaux (stockage, parking, local habitable, …) et des exigences
la conception des murs de sous-sol au regard des exigences et des risques
le choix et la parfaite exécution des revêtements d’imperméabilisation et d’étanchéité, les drainages et leurs exutoires, les réseaux EP, et les abords.

Laisser un commentaire