À l’approche de la mise en application de la réglementation européenne DSP2, qui vise à réguler et à sécuriser les échanges de données bancaires, le discours ambiant voudrait qu’il s’agisse d’une opportunité pour les FinTechs et d’une menace pour les acteurs traditionnels. Mais les choses sont loin d’être aussi binaires…
Une réglementation largement anticipée À partir de janvier 2018, la DSP2 permettra à des sociétés tierces d’accéder aux informations dont disposent les banques sur les comptes de leurs clients. Ce faisant, elle envoie un signal favorable aux agrégateurs de comptes, tels que Linxo, Budget Insight ou encore Bankin’ pour ne citer qu’eux. Jusqu’à présent, les clients de ces FinTechs devaient fournir les codes d’accès à leurs banques en ligne pour…

La DSP2 va effectivement permettre, à l’instar de solutions déjà existantes en Europe, la gestion de virements initiés à partir du sites web marchands et l’Instant payment (tips) va assurer une réception de ces virements dans les 10s. Ces 2 initiatives vont permettre la généralisation de l’usage du virement pour les paiements sur internet et donc à ce titre une accélération des ventes de type B2B (faites par des professionnels auprès de professionnels) sur le Online.

Laisser un commentaire